dolores.jpgWow!

J’attendais ce moment depuis 8 ans : depuis 2002, rien à se mettre sous la dent mis à part l’album solo de Dolores la chanteuse charismatique de ce groupe irlandais . Que dire? Déjà commencer par signaler que j’ai bien falli ne jamais assister à ce concert car les 3 autres fans et amis censés m’accompagner hier soir se sont fait porter pâles, les uns parce qu’ils trouvaient les billets trop chers (déduction: ce ne sont pas de vrais fans), l’autre (trés trés accro du groupe tout comme moi) pour motif trés valable de santé : scander des chansons dans la fosse , les bras en l’air, quand on vient de se faire opérer d’une main, avouez que ce ne serait guère raisonnable. Bref, je me suis retrouvée devant un dilemne: y aller seule, me trouver trés vite un autre partenaire ou bien rester chez moi et ronger mon frein. Une heure avant de partir pour Metz, la dernière perspective m’apparaisait comme celle qui allait s’imposer car personne ne voulait venir. Stupéfaction: la planète toute entière n’adore pas les Cranberries!!! Comment est-ce possible? Et soudain ma roue de secours: Isa. Ma bonne cousine qui pourtant avait une migraine carabinée, n’aime pas du tout ce groupe et avait prévu de se rendre à une réunion,  a tout envoyé promené pour me permettre d’assister à ce concert. Je lui en suis reconnaissante jusqu’à la fin des temps.

Alors on ne peut pas dire qu’on ait « partagé » ce concert car autant j’étais en transe à chaque morceau autant Isa restait d’un calme que les grecs anciens qualifieraient d’Olympiens. Dés les premières notes, immédatement identifiées (« le » son Cranberries), j’ai eu une vague de frissons et je me suis dit: « eh, mais je suis à un concert des Cranberries ». Idiot mais les fans se reconnaitront dans cette seconde où on réalise enfin qu’on a son idole face à soi et qu’on va vivre un instant d’éternité. Et j’ai plâné comme ça pendant 2 heures. A l’atterrisage, j’avais les oreilles bourdonnantes et la démarche un peu déséquilibrée. Dans le hall de la salle on pouvait acheter l’album de la tournée en cours , des t shirts et bien entendu j’avais oublié de prendre l’argent liquide que pourtant j’avais prévu pour l’occasion. Ni une ni deux, je suis repartie à la voiture et revenue avec mon liquide et mon chéquier. Au bout de 20 minutes à poireauter devant le stand, et aprés avoir choisi avec gourmandises deux t shirts que je me voyais déjà exhiber à mes copains, je m’entends dire « désolée madame mais nous ne prenons que la carte » !!!!!!!!!! Nom de Zeus, me voilà repartie à la voiture (je connais le parking comme ma poche) et je reviens avec tout l’attirail financier de la fille qui veut son t shirt marqué « The Cranberries tournée 2010″. et là…..un vigile qui me barre la route en me disant que c’était fermé! La poisse! J’aurai quand même un lot de consolation, j’ai pu me payer le Cd de la tournée.

Et au retour, aprés avoir tenté avec quelques délinquants de la route une sortie illicite du parking où nous bouchonnions depuis 1 heure environ, nous nous sommes fait contrôler par  des petits hommes bleus (et charmants) chargés de notre sécurité (« Vous pouvez y aller et bonne route. Faites bien  attention au gibier il y en a plein en ce moment « ), avons frôlé la panne d’essence car à cette heure tardive aucune station n’était ouverte et aucune pompe 24h/24H en vue. Et comme mon copilote dormait à poings fermés à mes côtés, je me rejouais le concert  que je venais de voir, mais cette fois ci au calme, dans la quiétude tiède de l’habitacle de ma voiture éclairée seulement par les aiguilles bleues du mon compte tour.

ah la la la que d’émotions. Pour finir j’ai une pensée pour l’amie qui a loupé ce rendez-vous  car elle aussi attendait ça depuis cet été, dâte à laquelle nous avons eu vent de cette tournée.

 

1260432729thecranberries.jpg