juin 2010

Archive mensuelle

Les baladabars

Créé par le 25 juin 2010 | Dans : Non classé

photo0181.jpg…Veuillez comprendre les balades à Bar, Bar-le-Duc étant la petite cité ducale (périphrase hors d’usage par ici) dans laquelle j’ai la joie d’habiter. Tout l’été autour de notre patrimoine historique et humain, des festivités sont donc proposées aux habitants  ainsi qu’aux touristes et c’est ainsi qu’hier, par l’entremise d’une bénévole de nos amies, nous avons eu le privilège d’assister à la répétition générale. Nous avons donc déambulé dans la ville, guidés par Leonardo, un inventeur/imposteur  plus vrai que nature et avons pris connaissance des histoires presque vraies de nos grands hommes. Je ne voudrais pas trop en divulguer pour vous laisser la surprise de découvrir tout cela in situ, mais nous en sommes repartis tous ravis du spectacle bon enfant auquel nous venions d’assister. Donc si vous passez par là, réservez une soirée d’un des nombreux soirs d’été qui vous attendent: vous ne le regretterez pas. Bravo aux bénévoles, comédiens, metteurs en scéne, scénaristes, j’en passe et de splus talentueux. D’autres spectacles de rue se tiendront en ville haute (quartier renaissance classé) du 1er au 4 juillet: avis aux amateurs! Aaaaaah! tous ces festivals et c’est l’été qui commence vraiment!

HONTEUX!

Créé par le 18 juin 2010 | Dans : Non classé

Bien franchement, le foot, la plupart du temps je m’en soucie comme de ma première paire de tongs, au grand dam de mon père amoureux de ce sport (de moins en moins de ce qu’est devenu le football professionnel et ses dérives) . Mais , comme beaucoup je m’y interesse quelque peu une fois tous les quatre ans lors de la coupe du monde. Hier soir, j’étais donc devant mon petit écran , mi-figue mi-raisin. Pour la première fois, je n’avais même pas envie de soutenir les bleus. Arrogants, sur payés, sans aucun sens de l’honneur, imbus de leurs personnes, comment voulez-vous qu’on s’attache et qu’on s’identifie à une telle équipe de bras cassés! Je les soupçonne même de porter le maillot tricolore sans aucune émotion tant ils ont mis du mauvais coeur à l’ouvrage. Bref, à mesure que les minutes s’égrenaient, la petite équipe mexicaine, pleine de fougue, de joie de vivre et de fierté m’est apparue éminemment plus sympathique que les tristes sires jouant sous nos couleurs (car peut-on dire qu’ils les défendaient?). Un but, puis deux. Je me suis surprise à dire « allez mettez-en un troisième et remettez-leur à leur place ces gomeux! ». Comme beaucoup, partagée entre colère (ne nous a-t-on pas maintes fois fait passer pour un mauvais public, infoutu de soutenir sa merveilleuse équipe, on allait voir ce qu’on allait voir!), déception (grâce à cette désolante prestation notre pays  est la risée du monde sportif)et honte (aprés une qualification peu glorieuse, nous voilà humiliés pour de bon). Et tout ça à cause de 24 zouaves (joueurs et entraineurs) davantage motivés par leur propre gloire personnelle et leur fortune que par l’amour du geste bien fait. L’écoeurement me guette. Je vous laisse à vos souvenirs. Vivement le tour de France!

 

edf1998.jpg 

Anniversaire pluvieux, anniversaire trés trés joyeux!

Créé par le 07 juin 2010 | Dans : Non classé

dscn1633.jpgAlors que je vous explique. Toute l’idée  est partie de cette bande de Joyeux drilles qui travaille à la maternité de la petite cité où nous vivons et que par discrétion je ne citerai pas: l’une d’entre elle allait célébrer aussi discrètement que possible son 40 ème anniversaire. C’est du moins ce qu’elle pensait et c’était naturellement sans compter sur sa bande de copines bien décidées à lui préparer une petite surprise et à lui témoigner ainsi toute leur amitié. Je me suis retrouvée impliquée dans ce coup fumant-trés consentante que j’étais à faire une petite fête il faut bien le dire -par l’entremise de ma cousine. Ma maison allait servir de traquenard. Le mari et les filles de Valérie , la récipiendaire, étaient complices et l’ont menée jusqu’à nous sous un fallacieux prétexte. Aprés quelques fausses alertes,  nous avons enfin aperçu la voiture de la petite famille, avons ouvert grand les portes et fenêtres pour nous époumoner tous en coeur: « joyeux  zanniversaire, nos voeux les plus sincéres, joyeux zanniversaireu, joyeux zanniversaire! ». A ce moment là: tout le monde se met à pleurer, se tombe dans les bras, rigole et la fête peut commencer.

La météo n’était pas vraiment de notre côté et , notre petite chasse aux 40 trésors disséminés aux 4 coins du jardin, a bel et bien failli tomber à l’eau. Entre deux averses, Valérie a donc été à la recherche de ses petites surprises, aidée, il faut bien le dire, par nous, car le temps était frileux , nos gosiers secs et  nos estomacs creux !

Ajoutons quelques prouesses vocales et chorégraphiques de Rachel notre meneuse de revue, quelques jeux et autre rigolades et vous aurez tous les ingrédients de ce que l’on appelle un bon moment partagé entre rires et émotions. Cette formule  devenue fade et banale car trop utilisée prend pourtant tout son sens. C’est  ce genre de soirée, sans façon, entre filles, dont on se souvient longtemps aprés qu’elle est finie.

Alors encore une fois, et même si on te l’a chanté toute la soirée: Joyeux anniversaire Valérie et que la vie te soit  douce!

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres